Pucon – région de l’Araucanie – Chili

Samedi 23 mars
 
Randonnée au parc national Huerquehue 
 
S1350041
 
La région regorge de lacs et de rivières idéals pour pratiquer les activités d’eau vive et la pêche.
Nous avons choisi de faire un peu de randonnée dans un parc à environ une heure de bus de Pucon.
Les prix pratiqués sont aléatoires et il y a un tarif pour les locaux et un autre pour les étrangers.
A l’entrée du parc, c’est rebelote. Il y a de quoi râler et on se prive pas. 
Bon on va pas se gâcher la journée ! Mais quand même la pilule passe mal.
 
Le grand air et la beauté du paysage ça calme !!
C’est comme » faut pas rêver » à la télé, 
 
 
S1350024
 
 
 
S1350017S1350029
 
 
Le parc abrite une grande diversité d’arbres,  notamment l’emblème de la région : l’Araucaria, qui donne des fruits qui se récoltent.
Il faut les décortiquer et les faire cuire à l’eau pendant 1 heure et demi.
le gout s’approche un peu de celui de la chataigne.
Les gens d’ici l’utilisent aussi en farine.
 
 S1350037 S1350045
 
 
 
 
Vendredi 22 mars 
 
 S1340001       
 
Levé à 5 h 45.  Direction le pied du volcan Villarrica.
Hier en rentrant de notre randonnée à cheval, nous sommes venus essayer les équipements à l’agence qui nous emmène ce matin en compagnie d’autres randonneurs.
 Des coréens, des américains et des français forment le groupe. Alice est la seule enfant.
 
S1340003S1340008
 
Vers 8 h 00 nous commençons l’ascension. 
Le sommet culmine à 2847 mètres. Il y a 1400 mètres de dénivelé et peut-être au bout- si les fumées du cratères sont mal orientées – l’impossibilité de gravir les derniers mètres.
Mais on en est pas là. Un petit télésiège permet de s’affranchir de la montée sur le mauvais passage de départ et  on attaque la marche à travers les roches  de lave.
Notre première halte se fait auprès de la ruine en béton de l’ancien télésiège partiellement envahie par la coulée de 1984. 
 
S1340005
 
On cramponne dès notre arrivée sur le glacier.
En hiver la neige descend beaucoup plus bas et il est possible sde monter en ski de rando jusqu’au sommet.
Pour l’heure, il faut se crémer car le soleil est là et la couche d’ozone réduite.
 
S1340014
 
 
Vers 13 heures nous pouvons contempler le panorama qui nous est offert et la vue sur les autres volcans de la région.
S1340020
 
Les fumées nous empêchent cependant de faire le tour du cratère et il est difficile de s’approcher du trou.
La descente est beaucoup plus rapide car notre équipement inclut une tenue étanche à la neige et nous nous élançons dans la pente assis les pieds en avant en nous guidant avec le piolet.
 
S1340033S1340023
 
Retour à la cabanas vers 18 heures. 
Odile et Gabrielle sont aussi de retour des thermes où elles ont passé une partie de la journée.
 
En début de soirée, Julien et Emile nous rendent visite. Ils font aussi une halte à Pucon et vont poser leur Combi près du lac.
 
 
Jeudi 21 mars
 
   S1330005   S1330001Ballade à cheval au environ du village de Quelhue.
Grégorio, le guide nous a transporté  dans son pick-up  jusqu’au pied des montagnes à l’est du lac Villarrica. C’est des terres qui appartiennent aux indiens Mapuches. Grégorio fait lui-même partie de cette ethnie et nous a accueilli chez lui.
Un couple de Chilien de Santiago (pas les mêmes que nous avons rencontrés à Castro) attendaient sagement  dans un taxi.
L’attribution des chevaux étant faite et un petit tour autour de la ferme passé avec succès, les chevaux ont pris la direction des montagnes.  Le chemin était étroit et la pente raide. Les chevaux avançaient lentement –  péniblement pour le mien mais selon Grégorio il était un peu paresseux – à travers les broussailles et la forêt.
 
 
S1330007S1330006
On a posé pied à terre au sommet. Les chevaux se sont vite éclipsés à travers les buissons. Assis dans la pelouse on a discuté avec notre guide.
 
S1330004
A
notre retour, une collation avec des produits locaux nous attendaient dans une cabane. C’était la mère de Grégorio qui avait cuisinée des Empanadas et des galettes.
 
 S1330013
 
Vive l’Araucanie Mapuche !!
 
 
Mercredi  21 mars 
 
En mettant la tête à la fenêtre on pouvait voir jusqu’à l’autre bout du jardin.
Mais pas plus loin. La brume avait envahi la vallée.
Impossible de savoir si le volcan était en train de se réveiller et de nous faire un coup en douce derrière ce camouflage.
Les sirènes et les cloches doivent sonner si l’envie lui prend de s’éclater un peu.
Je pense pas que la pluie atténue ces humeurs.
 
Sous sa cape de pluie, Odile est sortie pour faire quelques courses pendant que les filles bossaient.
Je m’occupais du feu dans le poêle en fonte.
 
Ce n’est qu’en fin d’après midi  que avons pu faire le tour de la ville et choisir une compagnie de guides pour monter sur Le Villarrica.
Ce sera pour vendredi matin RDV à 6 heures.
Mais sans Gabrielle et Odile.
Les compagnies ne prennent pas les enfants au dessous de 12 ans.
C’est une marche en montagne avec piolet et crampons d’environ 7 heures.
 
 
 
Mardi 20 mars
 
La journée d’hier a été consacrée au voyage entre Castro et Pucon.
Passage obligé par Puerto Montt pour changer de Bus.
Nous avons quitté la maison de Luis au petit matin.
Les rue déserte de la ville résonnaient du bruit des roulettes de nos sacs de voyage.
Pucon, où nous nous établissons pour quelques jours est au pied du volcan Villarica.
Il culmine à presque 3000 mètres et il est possible de faire l’ascension en une journée.
Il faut bien sur prendre un guide.
Plusieurs parc nationaux se trouvent à proximité.
Il pleut à seau depuis ce matin et nous sommes heureux d’être à l’abri dans une maisonnette.
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s