Le projet

Si nous regardons la carte du monde et que nous lui juxtaposons l’itinéraire du voyage que les héros du roman suivent dans «Les enfants du capitaine Grant» on remarque que Jules Verne a choisi de leur faire rejoindre le parallèle 37 qui traverse l’Amérique latine, passe au large de l’Afrique, traverse l’Australie et la Nouvelle Zélande et revient sur la cote ouest de l’Amérique : au Chili. Soit un tour du monde dans l’hémisphère sud.

Lors de ce voyage, en bateau essentiellement, les héros du livre naviguent sur les océans (Atlantique, Pacifique, Indien) mais traversent aussi des terres. Jules Verne fait une description romancée de ces lieux. C’est un voyage d’aventure où l’équipage surmonte des difficultés, est confronté à une nature hostile, à une mer redoutable, à des indigènes belliqueux et des colons souvent apparentés à des pirates ou des bandits de grands chemins.

J’ai découvert ce récit en 2000 et j’ai proposé à Odile, ma compagne, d’effectuer ce voyage. Nous nous sommes engagés à le réaliser… un jour.
Alice et Gabrielle sont nées. Le temps a passé, elles ont grandi et nous sommes prêts à partir.

Notre intention n’est pas de nous retrouver dans la situation des héros du roman.
Nous prenons le prétexte des lieux que l’auteur a imaginé dans son livre pour visiter six pays et rencontrer les populations qui y vivent.

Ces contrées, on s’en doute,  ont beaucoup évolué depuis l’écriture du livre. Les espaces étaient encore habités par des populations indigènes avec des coutumes ancestrales et une nature très proche de leur quotidien.

L’Afrique du Sud avec entre autres les populations Zoulous, la Nouvelle Zélande et les Maoris, la Nouvelle Calédonie et les Kanakes, le Chili et l’Argentine avec les indiens Mapucche ou Tehuelches ainsi que l’Australie et les Aborigènes ont depuis été complètement colonisés par les occidentaux.
Les populations indigènes ont résisté avec plus ou moins de bonheur à ces envahisseurs et leur fortune est diverse.

On peut dire sans trop se tromper que les colons ont réussi à s’implanter et à prospérer au détriment des populations indigènes. Certains comme les indiens d’Argentine ont été exterminés, d’autres comme les Aborigènes sont concentrés dans des réserves. La culture Maori continue à se perpétuer en Nouvelle-Zélande tandis que les Kanakes essaient avec difficulté de conserver leurs traditions et leur territoire.
Quant aux Africains du Sud, ils connaissent encore bien des difficultés, une grande pauvreté et des problèmes sanitaires graves bien que l’apartheid ait été aboli dans le pays.

Les colons, quelque soit le pays, ont construit des ports, des villes, exploité les terres, les forêts, le sous-sol, créé des industries, fait de l’élevage et du commerce, la plupart du temps pour exporter le fruit de leur labeur un peu partout dans le monde. Leur nombre, la force et souvent la violence leur ont permis d’asseoir la civilisation occidentale et leur culture et ils sont considérés maintenant comme les habitants de pays fortement développés.

Pour arriver à ce résultat, la faune et la flore ont subi de profonds bouleversements. Les forêts ont été exploitées, les plaines se sont rempli d’animaux d’élevages et des plantes exogènes sont cultivées de manière extensive. Le sous-sol attise les convoitises depuis le début de la colonisation et les exploitations minières prospèrent dans la plupart de ces pays au mépris des habitants qui sont chassés de leurs territoires en même temps que la faune est repoussée dans des zones de plus en plus étriquées. De fait certains animaux ont tout bonnement disparus et d’autres sont en voie d’extinction.

C’est dans ce contexte rapidement décrit et identifié que nous abordons notre voyage.

Bonjour l’ambiance !

Nous sommes quatre à voyager, deux enfants et deux adultes et nous avons tous des centres d’intérêts différents.
Nous, les adultes, avons attendu que les enfants soient assez grands pour voyager afin que ce périple que nous leur proposons soit pleinement le leur.
Au quotidien, cette préparation de voyage suscite des questions, chacun d’entre nous a lu des livres, des articles de journaux ou des magazines, a vu des films, des reportages, observé le globe terrestre et des cartes et imaginé ce que peut être la vie dans cette autre partie de la planète.

Dans chaque pays, il y a des lieux que nous allons visiter pour leur beauté, leur particularité, une faune et une flore qu’il nous plairait de voir et d’observer dans leurs milieux naturels.

Nous avons l’intention de rencontrer les populations qui y habitent qu’elles soient d’origines indigènes ou autres.
Nous avons déjà des points de chutes au Chili, en Nouvelle-Calédonie et en Australie chez des amis, de la famille qui viennent de France ou d’Europe et qui sont installés dans ces pays. Nous aurons plaisir à les retrouver.

Nous voyageons aussi avec notre savoir, nos coutumes et nos habitudes.
Nous sommes des citadins occidentaux, nous habitons dans une ville française de province à proximité de notre famille, d’amis et de connaissances liées à nos activités professionnelles et sociales.
Nous possédons des métiers dans l’enseignement et l’audiovisuel que nous pratiquons quotidiennement depuis de nombreuses années. 
Les enfants sont scolarisés. Elles apprennent la musique et la danse et pratiquent des activités sportives et culturelles.

Notre vision du monde nous pousse à questionner cette société qui nous entoure, à essayer de comprendre tous ses mouvements, à le partager avec d’autres dans nos métiers par l’enseignement et par les films.
Ce voyage c’est aussi cela. 
Bien sur, il n’est pas nécessaire d’aller faire un tour du monde pour se rendre à l’évidence de l’état de notre planète, mais il n’empêche que pour nous il est important de se déplacer pour se coller à la réalité.

Et puis nos rencontres nous réservent sans doute de bonnes surprises !

Gilles

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s